Actualité

Recherches

Un guide pour l'auscultation des ouvrages d'art

© Département de la Charente-Maritime

Synthétique, en libre accès, le cahier interactif « Auscultation des ouvrages d'art » créé par l'Université Gustave Eiffel et le Cerema a fêté ses 5 ans fin 2020. L'occasion de redécouvrir ce recueil de fiches techniques au service des gestionnaires d'infrastructures de transport et des professionnels de la maintenance.

« Le cahier est désormais bien connu et adopté par l'ensemble des professionnels français de l'investigation sur ouvrage d'art » lance Bruno Godart. Aujourd'hui retraité, l'ancien directeur adjoint du département Matériaux et Structures (MAST) de l'Université Gustave Eiffel a co-piloté, avec Christophe Aubagnac du Cerema, le cahier interactif « Auscultation des ouvrages d'art : reconnaissance de l’état de tout ou partie d’un ouvrage et des pathologies associées ». Présenté sous la forme d'un site internet, ce recueil de fiches techniques a été publié en octobre 2015 à destination des maîtres d’ouvrage, gestionnaires d’infrastructures, bureaux d’études, laboratoires ou sociétés privées. Cinq ans plus tard, son succès ne se dément pas : le site comptabilise plus de 36 600 visiteurs uniques et 234 000 pages vues. La fiche la plus consultée ? Le carottage de béton. « Le cahier a été conçu afin de combler un vide, raconte Bruno Godart. Avant, il n'y avait aucun document de référence pour l’auscultation des ouvrages en France. Les professionnels devaient chercher par eux-mêmes la bonne technique pour répondre à leur problématique et se tenir informé des dernières avancées scientifiques. »

25 méthodologies de diagnostic et 115 méthodes d'auscultation

« En cinq ans, nous avons surtout travaillé sur la création des fiches de méthodologies de diagnostic. Elles associent différentes méthodes d'auscultation afin de réaliser un diagnostic complet des ouvrages d'art », détaille Bruno Godart. Aujourd'hui, le cahier répertorie 25 méthodologies de diagnostic et 115 méthodes d'auscultation telles que la réflectométrie ultrasonore, l'auscultation électromagnétique des câbles, la tomographie, l'examen minéralogique du béton, la résistivité... Certaines de ces méthodes ont par exemple contribué à ausculter et surveiller des câbles de précontrainte du pont de l'Île de Ré (17) ou des viaducs de Sylans (01) et d'Echinghen (62). D'autres permettent d'identifier la microstructure d'un métal, de déterminer les zones d'une charpente à traiter ou de localiser précisément les défauts d'une fondation. 

Toutes les méthodes développées depuis les années 1970

« Pour intégrer le cahier, la méthodologie doit avoir fait ses preuves sur le terrain » souligne Bruno Godart. Simple, didactique, chacune des fiches présente le principe de la méthode, le mode opératoire mais aussi les avantages, les inconvénients et les coûts. « Toutes les informations pratiques nécessaires pour faire les bons choix. » Régulièrement mises à jour, les fiches sont rédigées et validées par un comité de pilotage composé de chercheurs et ingénieurs du Cerema et de l'Université Gustave Eiffel. « Cet outil représente une mémoire de toutes les méthodes développées depuis les années 1970 » résume Bruno Godart. Désormais supervisé par Jean-François Seignol, ingénieur-chercheur au département MAST, le cahier intégrera prochainement sept nouvelles fiches, principalement autour de l'auscultation d'ouvrages en maçonnerie et en métal. 

Plus d'information

Cahier interactif : Auscultation des ouvrages d'art
 

Voir toutes les actualités

Dernières actualités