Actualité

Recherches

Romain Menini : « Le soin de la langue est une manière de vivre, de voir le monde ».

Romain Menini

Maître de conférences en langue et littérature française à l'Université Gustave Eiffel et attaché au Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA), Romain Menini a reçu la médaille de bronze 2020 du CNRS pour ses travaux portant sur Rabelais, la réception de l’Antiquité à la Renaissance et la philologie humaniste. Cette distinction récompense le premier travail d’une chercheuse ou d’un chercheur dans son domaine et couronne rarement les littéraires. Notre enseignant, spécialiste de la littérature française de la Renaissance, nous a accordé un long entretien évoquant ses passions et sa vision de la langue.

Une médaille du CNRS remise à un enseignant-chercheur en littérature, c’est rare. Que va vous apporter cette distinction ?

C’est un grand plaisir, d’autant que je suis cette année l’un des rares universitaires à avoir été distingué par ces médailles qui concernent surtout des chercheuses ou chercheurs (et non des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs). L’érudition, l’histoire du livre, la philologie, l’étude des littératures et des langues anciennes ont encore de beaux jours devant eux, peut-être ! Je remercie chaleureusement la section 35 qui m’a choisi. Cela signifie que le CNRS considère que l’on peut faire de la recherche de qualité tout en gardant une activité d’enseignement, en dirigeant un département de Lettres et en s’occupant des étudiants. Et cela signifie aussi que j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans de bonnes conditions, ici, à l’UPEM devenue Université Gustave Eiffel, dans mon équipe de recherche (le LISAA) et avec mes collègues, que j’aime beaucoup.

Comment vous êtes-vous intéressé à la littérature ancienne ? Qui vous a amené vers Rabelais ?

Après une classe préparatoire, j’ai passé l’agrégation de Lettres classiques. J’avais fait une maîtrise sur Platon, en littérature grecque donc, et c’est par la suite que j’en suis venu à la littérature française, pour le master 2 et la thèse. Ce qui a semblé le plus naturel, c’était d’utiliser mes compétences de latiniste et d’helléniste, de classicisant, pour comprendre la littérature française. Il y a une période dans la littérature française où les langues anciennes sont singulièrement à l’honneur : c’est la Renaissance. À l’époque, j’étais étudiant à Paris IV (NDLR : désormais Sorbonne Université) où enseignait Mireille Huchon, la grande spécialiste de Rabelais en France et l’éditrice dans la collection la Pléiade, qui est devenue ma directrice de thèse. Je n’ai jamais cessé de travailler avec elle depuis ce temps.

Vous avez étudié le latin et le grec, deux langues devenues rares dans l’enseignement…

J’ai commencé le grec en quatrième ; c’est seulement ensuite que j’ai fait du latin. En seconde, j’étais le seul dans ma classe de grec et j’ai eu la chance que le cours reste ouvert dans mon lycée de Sèvres. J’ai toujours tenu à continuer d’étudier ces deux langues, inséparables.
En ce moment, c’est un peu la sinistrose pour les langues anciennes, particulièrement pour le grec qui devient, hélas ! une rareté dans l’enseignement secondaire. Le monde grec m’a toujours fasciné, tout comme la littérature et la philosophie grecque. C’est notamment par ce prisme-là que je lis Rabelais et ses contemporains, et singulièrement les auteurs pour lesquels la tradition grecque est importante. Le monde grec est capital — c’est un truisme, mais il est bon à rappeler — pour comprendre la destinée de l’Occident et le monde dans lequel nous vivons.
En France, nous sommes assez peu à travailler sur le grec à la Renaissance. La compartimentation des disciplines universitaires, qui sépare antiquisants et modernistes, explique en partie cette situation. Ceux qui font du grec et du latin restent souvent des spécialistes de l’Antiquité. Le néo-latin, c’est-à-dire le latin de la Renaissance, retient l’attention de plusieurs collègues assez actifs, mais la destinée tardive du grec n’a pas cette chance pour l’instant, en France du moins.

Quel type de découvertes a été réalisé sur Rabelais, auteur qui semble pourtant bien connu ?

On pensait connaître cet auteur depuis des centaines d’années, mais Rabelais reste un homme mystérieux. Il y a des trous dans sa bibliographie ; on sait qu’il a beaucoup voyagé, qu’il a utilisé des pseudonymes, qu’il avait des accointances secrètes. On a découvert récemment que vers les années 1530, il avait utilisé un « blason » d’éditeur, représentant, dans une couronne de lierre, un oiseau de profil (certainement un oiseau de bonne fortune), un chevron et deux croix pattées. Ce « blason », orné d’une devise grecque (« à la Bonne Fortune, avec Dieu ») servait à signaler l’intervention éditoriale de Rabelais. Nous avons été trois ou quatre, pendant quelque temps, à partir à la chasse aux livres portant ce blason : plusieurs éditions avaient échappé à tout le monde.

Ce qui signifie que vous ne travaillez pas seul ?

Non, et j’ai plaisir à citer les noms de mes collègues et amis avec lesquels les collaborations n’ont jamais cessé : Mireille Huchon évidemment, Raphaël Cappellen, Claude La Charité, Nicolas Le Cadet, Myriam Marrache-Gouraud, Olivier Pédeflous. Et la revue « L’Année rabelaisienne » (5 numéros parus) est certainement le plus beau résultat de cette entente collective. Quant à moi, j’ai passé plusieurs mois à parcourir les bibliothèques, réelles et virtuelles, à la recherche de notre Rabelais incognito. Cette enquête a porté ses fruits : dans un petit manuel de grec (à la bonne fortune !), la devise du blason de Rabelais éditeur apparaissait, signe de sa responsabilité éditoriale. Nous avons ainsi pu établir une liste plus longue des livres que Maître François avait édités. C’était une lumière nouvelle portée sur une période de sa vie et de ses activités. Ces quinze dernières années, les découvertes d’importance se sont multipliées, sur sa bibliothèque, son activité d’éditeur, son travail de médecin… Le Rabelais que nous connaissons aujourd’hui est un peu moins obscur que celui qu’on croyait connaître il y a vingt ans.

Rabelais est-il un auteur encore abordable pour des étudiants d’aujourd’hui ?

Rabelais est un auteur richissime, mais difficile. Le plus difficile de la littérature française, disait feu Michel Butor. Non pas seulement à cause de sa vieille langue ; il était déjà partiellement obscur à ses contemporains. Mais la langue de Rabelais est surtout une langue artificieuse, riche d’inventions langagières, de néologismes, de tours curieux ; c’est un réservoir de secrets, allusif en diable un peu partout. Une folie érudite. Mais c’est cette illisibilité même, toute relative, qui est une chance pour le lecteur. « Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère », écrivait Proust. Lire Rabelais, c’est une expérience littéraire « sans parangon », selon ses mots.
Nous travaillons actuellement à une nouvelle translation de toutes les œuvres de Rabelais en langue de notre époque. Je dirige une équipe dont le travail paraîtra aux éditions Bouquins. La translation est un exercice frustrant, puisque c’est un travail condamné à ne jamais être à la hauteur de la version originale. Mais c’est un travail nécessaire aujourd’hui, en un temps où le lecteur non spécialiste n’est plus apte à lire Pantagruel dans sa langue. Il faut voir la translation comme un outil permettant à l’œuvre de Rabelais de ne pas sombrer dans l’oubli. Le but, c’est évidemment de ramener le lecteur au texte original, à la faveur d’une béquille utile (et ludique).

Malgré votre passion, vous n’enseignez pas la littérature ou les langues anciennes à l’université ?

Je fais plusieurs cours d’histoire de la langue et de grammaire du français contemporain, parce que c’est surtout ce dont les étudiantes ont besoin, en particulier pour les concours. Parmi mes étudiantes - j’use du féminin, parce que les jeunes femmes sont très majoritaires en Lettres ! -, certaines ont déjà fait du latin voire du grec, mais c’est rare. Désormais, ces deux langues ne concernent plus guère que ma recherche. Si l’Université Gustave Eiffel lançait un module de grec, je suis absolument certain qu’il y aurait des amateurs, venant soit de la littérature, soit de l’histoire, en particulier pour l’histoire ancienne.

Constatez-vous une baisse du niveau de la langue ?

Avant toute chose, je ne veux pas endosser le costume du laudator temporis acti, du nostalgique du « bon vieux temps » qui déplorerait la décadence actuelle. Cette posture n’avance à rien. Je remarque que mes étudiantes sont tout aussi intelligentes qu’avant. Il y a certes une certaine culture de tradition qui se perd peu à peu, de plus en plus vite peut-être. Mais l’essentiel ne me semble pas là, en tout cas pas directement : ce qui baisse assurément, à des degrés divers, c’est la qualité de l’expression écrite. Au sein de l’université, nous tentons d’y travailler. L’équipe de Lettres voudrait vraiment s’engager pour résoudre un problème qui concerne toutes les formations. Nous essayons de prendre part à la réflexion qui permettrait aux étudiants de toutes les formations d’améliorer leur façon d’écrire. Mais c’est un chantier de société. Cela dépasse l’université. Le soin de la langue, ce n’est pas seulement un impératif social ; le but n’est pas en priorité de se distinguer grâce à la langue. C’est souvent ainsi que nos dirigeants conçoivent le problème, technolangue à l’appui. Le soin de la langue est une manière de vivre, de voir le monde. Plus votre langue sera riche et précise, moins votre vie sera limitée.

Néanmoins, vous avez mis en place des initiatives pour aider les étudiants et étudiantes en Lettres ?

Effectivement. Depuis quatre ans, je suis responsable de la Licence de Lettres. Avec mes collègues, nous avons mis en place le parcours « Oui, si » en L1, avec ParcourSup. Nous avons été la première formation de Lettres en France à proposer aux étudiants à profil plus faible un aménagement pédagogique en L1 : le but est de les aider à écrire, parler, dire et se dire, s’orienter, prendre conscience de leurs faiblesses et surtout de leurs qualités. Pour toutes et tous, en Licence de Lettres, nous avons réinsufflé un peu de latin dès la première année. Il s’agit de corriger le tir, car on ne peut pas dire que le secondaire aille dans le sens des langues anciennes, sauf de façon cosmétique. Il semblerait que le latin s’en tire à peu près au lycée, pour des raisons qu’on pourrait qualifier de sociologiques ; les parents aiment mettre leurs enfants dans des classes scientifiques plutôt que littéraires, mais ils requièrent le latin, vecteur de distinction sociale. Soit ! Est-ce une preuve d’humanisme, au sens Renaissance du terme ? Pas sûr… !

Dates clés

  • 2007 : Agrégé de Lettres classiques.
  • 2012 : Docteur en langue et littérature française de l’université Paris-Sorbonne.
  • 2012-2013 : Boursier de la Fondation Thiers.
  • 2014 : Maître de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, devenue université Gustave Eiffel en janvier 2020, rattaché à l’équipe du laboratoire Littératures, Savoirs et Arts.
  • 2015 : Prix Georges-Dumézil 2015 de l’Académie française pour Rabelais altérateur « Græciser en François » (Paris, Classiques Garnier, 2014)

Prix : Médaille d’argent du prix Georges Dumézil pour son ouvrage Rabelais altérateur. "Graeciser en François" (Paris, Classiques Garnier, 2014). Le prix Dumézil, décerné chaque année par l'Académie française, constitué en 1994, par regroupement des Fondations Pol Comiant, Kornmann et Saintour. Il est destiné à l’auteur d’un ouvrage de philologie.

Portrait chinois

Si vous étiez une œuvre d’art ?
Le petit hibou de Dürer, ou un cheval bleu de Franz Marc.

Si vous étiez un personnage de Rabelais ?
Le mystérieux chat Rodilardus (à la fin du Quart livre).

Si vous étiez un roman de la littérature ?
Ada ou l’ardeur de Nabokov.

Si vous étiez un mot de la langue française ?
Enthousiasme (première occurrence chez Rabelais !).

Si vous étiez une conjonction de coordination ?
Or !

Si vous étiez un temps de conjugaison ?
L’aoriste, un temps de la langue grecque.

Si vous étiez un lieu ?
Une île ?

SI vous étiez un moyen de communication ?
Le livre.

Voir toutes les actualités